N2 : don’t stop me now

12 février 2018 0 Par Julien

L’équipe 1 rattrapait ce dimanche son match en retard contre Evry, match précédemment reporté pour cause de pluies verglaçantes. Malgré les intempéries récentes sur l’Essone, le match a finalement été maintenu, et c’est donc aux alentours de 9h que le départ fut donné de Nancy. Nous arrivons après un trajet calme, avec l’intention de faire le meilleur résultat possible, d’autant que notre saison nous permet d’envisager au moins un podium sur un bon final. Néanmoins, l’adversaire du jour a été le seul à accrocher le match nul contre le leader actuel, Metz ; autant dire que la tâche n’est pas simple (mais un match simple existe-t-il?).

Du côté des compositions, l’équipe d’Evry, menée par le GMI Arnaud Hauchard semble favorite, et a légèrement renforcé les échiquiers inférieurs, et les échiquiers 2 à 6 ont une moyenne élo autour des 2200. Seule Téodora possède un avantage élo d’environ deux cent points. Elle fut d’ailleurs la première à finir, au terme d’une partie propre. Après un début manquant d’ambition de la part de son adversaire, elle a su provoquer les affaiblissements nécessaires pour finalement trouver la clef du camp adverse.

Le second à finir fut Lucas. Après une imprécision dans le début, il se retrouve dans une position inférieure. Cependant, sa position commence petit à petit à revivre, et l’avantage semble même changer de côté. Mais au moment où il veut activer ses dernières pièces, il expose un peu trop son roi, et les pièces adverses se lancent alors dans une attaque qui lui sera fatale. C’est dommage pour Lucas, qui était le seul joueur invaincu de l’équipe.

Peu après, retentissant résultat de Benjamin au premier échiquier ! Le GMI Arnaud Hauchard rend les armes ! Après s’être lancé dans une attaque de son aveu ambitieuse, il offre une occasion à son adversaire de complexifier la position, ou le roi de Benjamin se retrouverait exposé. Cependant, Arnaud Hauchard décline l’offre, et se retrouve dans une position avec un fou très passif en h8. Benjamin en profite pour sacrifier un pion pour activer sa dernière pièce, conclure la partie de fort belle manière. Une excellente performance pour notre leader au premier échiquier !

Je finis peut de temps après. Suite à un affaiblissement de structure dans l’ouverture, mes pièces ont pu rentrer dans la position blanche, pour finalement encaisser deux pions, puis la partie. A ce moment, nous menons 3-1, mais tout reste à faire ! En effet, Antoine nous rejoint peu de temps après. Il a opté pour un plan trop passif, sans trop d’ambition, qui sera sanctionné par son adversaire, qui a su se faire du mal pour chercher la faille dans sa conception.

Avec un score de 3 à 2, le match est très serré, d’autant qu’aucun des échiquier n’est maintenant clair. Tom fait face à une réclamation de nulle de son adversaire, dans un premier temps accordée par l’arbitre, qui reviendra sur sa décision sur une seconde analyse. Cependant, la position est loin d’être déterminée. Soudainement, Alexandre nous apporte le point de la délivrance. Après avoir négocié son ouverture de façon imprécise, il se retrouve dans une finale très complexe, et pour changer en zeitnot. Cependant, le zeitnot est réciproque, et son adversaire commet une erreur, qui le force à réfléchir une seconde de trop. Après tous les problèmes engendrés par le temps depuis le début de l’année, c’est une fois de plus la pendule qui se fera l’arbitre de sa partie, mais cette fois-ci en sa faveur !

Il reste Julien, qui a mené sa partie de A à Y. Y hélas, car il ne lui aura manqué qu’un coup. Après une ouverture bien maîtrisée, il n’ose pas entrer dans un gain matériel, mais avec du jeu pour son adversaire. Il entre alors dans une finale digne d’une étude, ou il trouve le seul bon plan pour annuler. Benjamin et moi, en bons kibbitzers, donnons toutes les évaluations possibles, sans trouver les bons coups. Hélas pour notre coach, au moment où son adversaire avance son dernier pion, il omet d’empêcher la montée du roi adverse et se retrouve dans un réseau de mat. Des regrets à nourrir, mais tout autant de points positifs.

D’autant que son erreur ne sanctionne pas l’équipe. Tom, après avoir mal négocié sa finale, doit déployer toutes ses ressources pour annuler, et y parviendra au terme de six heures de jeu. Nous emportons donc le match sur le score de 4 à 3, et sommes donc en course pour le podium aux côtés d’Esbarres, Metz, et Bischwiller ! Notre seul avantage est d’avoir déjà joué ces trois équipes, tandis que Metz, actuel leader, doit jouer les deux autres équipes ! Le dernier week-end va se révéler décisif !

                                                                                                              GN  » Littlefish «